Les trois églises de Roumegoux

27/06/2017
Les trois églises de Roumegoux

Et OUI, il y a eu 3 églises sur le territoire de la commune car la troisième, aujourd’hui disparue, sauf dans les mémoires ( ? ) et dans les archives , se trouvait à Sylvestre , il y a une double paire de siècles et même beaucoup plus , puisqu’elle existait dans les années 1500 , voire bien avant et donc au XIV ème siècle.

La chapelle de Sylvestre était en fait la chapelle de Salvestre et Salvestre était le nom du village. Ce village dépendait en fait de la commanderie de la SALVETAT (créée elle, dans les années 1120), donc de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem. Ce nom, Salvestre, comme la Salvetat ou la Sauveté, ou Sauvetout, indique que ce lieu était un lieu de salut pour les voyageurs empruntant la route d’Aurillac à Latronquière.

Cette église a été ruinée pendant les guerres de religion, par les Huguenots, dans les années 1569 et si elle a survécu, elle n’a jamais complètement été relevée.
Avant ces guerres, les curés de la Salvetat s’intitulaient recteurs de Saint Jean de la Salvetat, Salvestre et Villedieu (Villedieu était une autre maison de l’Ordre de Malte, située aux confins du Trioulou et de St Constant)

Les habitants de Salvestre payaient donc la dîme et la rente au commandeur de la Salvetat, (aujourd’hui ils paient au percepteur), mais pour autant celui-ci, n’était pas enclin à rétablir la chapelle et à rétribuer son chapelain….encore une histoire de « gros sous » !
Lors d’un contrôle effectué en 1737 par des chevaliers missionnés à cet effet, les habitants de Salvestre firent valoir l’existence de leur église, de fonts baptismaux et d’un cimetière.
Pour ce qui est des fonts baptismaux, leur couvercle se trouve dans l’église de Roumégoux , surmonté de la croix de Malte.
Et l’un des bénitiers, celui situé à l’intérieur de la chapelle du Bournioux, vient de la chapelle de Sylvestre.

Pour poursuivre l’histoire des habitants de Sylvestre et de leurs démêlés avec le commandeur de l’Ordre de Malte, déjà, en 1682, ils avaient demandé leur rattachement à la paroisse de Roumégoux…se plaignant d’être quelque peu abandonnés…A noter qu’ils auraient pu aussi demander à être desservis par le curé de St Saury, et l’histoire montre qu’il y eut bien des aller et retour entre les 2 paroisses…
Ainsi en 1739 le commandeur de la Salvetat fit agréger les habitants de Sylvestre à la paroisse de Roumégoux, moyennant une rétribution de 20 livres par an pour le curé du lieu : Antoine Esquirou.

Mais cela n’en était pas fini pour nos pauvres paroissiens de Sylvestre, puisque ce bon curé Esquirou donna sa démission , et , en 1750 , les âmes de Sylvestre furent confiées au curé de St Saury , le sieur Gladines , mais pour 50 livres cette fois !….encore une affaire de sous .. !!
Toujours est il que les paroissiens de Salvestre-Sylvestre sont revenus parmi nous et aux dernières nouvelles (septembre 2008) ils seraient satisfaits de leur rattachement actuel à la paroisse de Roumégoux et n’envisageraient plus de requête en la matière… (pour ce qui est de la dîme… , voir directement avec eux… ! ) 

Voilà les quelques précisions que je puis vous donner à propos de l’église disparue de Sylvestre et pour plus de précisions sur ces histoires, je vous invite à lire dans la collection des ouvrages de la Haute Auvergne, le livre intitulé « la châtaigneraie cantalienne ». Il faut lire en particulier, la contribution de M.Lucien Gerbeau , relative aux bâtiments de la commanderie de Carlat, dont j’ai extrait ce qui précède.

Alain VALADOU